Lettre ouverte - Vu de l'extérieur

Publié le par Les petits papiers de Prune

Il  y a plus d'un an maintenant, en ce 13 novembre, j'étais tranquillement chez moi. Mon copain regardant le match de foot me dit : J'ai entendu des bruits dans la télé pendant le match. Puis d'un coup coupure à la fin, et directement les informations. De là je reçois des sms d'une amie qui me parle d'un attentat à Paris. Je met directement la télé, bfm, itélé, puis je me connecte sur facebook, inquiète de mes amies et famille qui vivent sur Paris, puis twitter.. Quel énorme élan de solidarité qui se forme .. Surprenant. Je réalise qu'une amie était au Stade de France et une autre au Bataclan. Grosse peur qui se forme, celle du stade de France m'a répondu que tard dans la nuit et celle du Bataclan, je n'osais rien envoyer sur son téléphone de peur qu'il sonne et qu'elle soit visée .. Nuit d'inquiètude malgré que je sois à plus de 700km du drame qui a eu lieu à Paris ce vendredi 13 Novembre 2015.

Malgré que je n'ai pas vécu le drame de près, que mes deux amies soient saines et sauves (une blessée), j'ai eu mal. Ou plutôt devrais-je dire, j'ai eu peur. Ce 13 Novembre je me suis dit "QU'ILS " avaient gagné. Et malgré que les parisiens le lendemain étaient à nouveau dehors, dans les bars et restaurants .. Moi je n'osais pas sortir, ils sont arrivés à me faire vraiment peur. Je ne sortais plus, je refusais d'aller dans les endroits remplis de monde. J'avais peur, peur qu'ils refassent la  même chose..

En Mai 2016, le deuxième vendredi 13 je suis quand même allée à un concert , (ACDC). J'avais pourtant toujours peur, peur qu'il arrive quelque chose. Je me suis tellement inquiétée, que quand il y a eu un petit coup de pétard j'ai failli m'évanouir.

Le 14 juillet, je n'avais plus peur, même si j'étais dans un endroit bondé où on pouvait largement nous attaquer.

Pourtant après une merveille soirée, de retour à la voiture, mon père regarde son facebook et il voit un message "Je suis en sécurité ". De là, le drame, la panique, on allume la radio, et on comprend qu'il vient de se passer quelque chose. On comprend que ça a recommencé, que c'est de nouveau arrivé.

Malgré que je ne connais aucune des victimes, le fait ça c'est passé dans mon pays, ça m'a touchée en plein coeur. Maintenant, j'angoisse quand je suis dans un endroit plein de monde sans mon copain. J'ai peur qu'il arrive quelque chose chez nous, dans ma ville et que je ne le revois plus jamais. J'habite quand même à moins de 10 mn d'un village où il y a énormément de djihadistes, en tout cas de jeunes qui sont partis les rejoindre. Depuis Paris j'ai peur des concerts, depuis Nice j'ai peur des poids Lourds surtout quand j'ai l'impression qu'ils ne vont pas freiner.

Je pense souvent aux victimes, à leur proches.

De ce fait, j'ai acheté deux livres, deux livres écrits par des victimes du Bataclan.

 

 

Lettre ouverte - Vu de l'extérieur
Lettre ouverte - Vu de l'extérieur

Certaines personnes diront que c'est de la curiosité mal placée, d'autres  penseront autre chose. Je sais juste que les médias disent ce qu'ils veulent et que j'ai voulu réellement savoir ce que certaines personnes ont vécu. Mon amie qui était ce jour là au bataclan, dans la fosse, ne nous a jamais parlé de ce soir là, je voulais comprendre et me rendre compte car je n'y était pas. En effet même si on est loin, ces évènements touchent énormément.

Je ne veux aucun débat sur cet article, j'avais juste envie d'écrire ce que je ressentais depuis plus d'un an.

#PRAYFORPARIS #PRAYFORNICE #PRAYFORWORLD

 

Prune

Publié dans Lettre ouverte

Commenter cet article